Bouton D3

Résumé Brest - COC

Ce samedi 16 Février était l’occasion pour notre D3 de se qualifier pour les play-offs après un parcours inégal au cours de cette phase régulière.

Au classement, un point séparait Rennes (3ème) de Courbevoie mais Brest était également à l’affut à un point derrière nos Coqs. Lors de cette journée, les rennais recevaient le leader Orléans tandis qu’un long voyage sur les terres hostiles brestoises attendait nos joueurs. L’équation était donc simple, un match nul suffisait à maintenir Brest à distance et se qualifier pour les play-offs alors qu’une défaite conclurait la saison de manière précoce.

Pour ce déplacement, l’équipe pouvait s’appuyer sur le noyau dur de l’équipe renforcé par la venue du junior Adrien SEBAG, qui a fait quelques apparitions en équipe première. Malheureusement la garde arrière ne pouvait compter sur la présence de Thomas GIORGI, qui a pu la renforcer à plusieurs reprises cette saison, pour cause de déplacement avec la D1 à Montpellier.

photo 1

Le match débute plutôt mal pour nos Coqs puisqu’après quelques minutes de jeu, Mathieu CAMOIN, défenseur pour l’occasion, se retrouvait en pénalité. Pénalité que l’équipe se battait à tuer avec notamment un énorme travail de Guillaume DUSERRE dans les coins adverse. Malheureusement, suite à cette action, la contre-attaque brestoise fut fatale et William LARVOR trouva le chemin des filets d’un revers après avoir dribblé le défenseur et le gardien (1-0 à 6’05’’) alors que la pénalité venait tout juste de se terminer.

Les coqs n’eurent le temps de se remettre de cette ouverture du score prématurée puisque sur l’engagement suivant Amine HABIB enfonça le clou à la suite d’un mouvement avec Oscar CHAPRON et Yoan PODDUBNY (2-0 à 6’24’’). La suite de la période fut plus équilibrée et malgré quelques pénalités entraînant des powerplays, les Coqs ne purent tirer que sept fois à la cage, ce qui ne leur permit pas de menacer le gardien adverse tant bien même une légère domination territoriale courbevoisienne se dégageait.

photo 4

Le début de la seconde période se joua sur le même rythme, nos coqs ne parvenant pas à emballer le match et c’est sur une nouvelle contre-attaque que les brestois aggravèrent le score par l’intermédiaire de Marlo CHAPRON sur des passes de William LARVOR et Jérémy CORMIER (3-0 à 29’09’’). Frustré de ce but, l’équipe subit coup sur coup deux pénalités plutôt contestables qui entraînèrent un 5-3 bien mené par les locaux et ponctuer par un but du même Marlo CHAPRON avec les mêmes passeurs (4-0 à 31’21’’). La suite du match est une succession de pénalités traduisant la frustration de Courbevoie de sentir les play-offs s’échapper.

A la suite d’une d’entre elle, une deuxième joueur brestois signa son doublé sur un rebond laissé par Mathieu BOUTIGNY. Cependant, une pénalité juste en suivant permis aux courbevoisiens d’avoir un jeu à 5-4. Une passe d’Emilien VERDIER à la ligne bleue pour le « onetimer » d’Anthony GARCIA laissa un rebond devant l’enclave dont Guillaume DUSERRE profita pour inscrire son quatrième point en quatre matchs (5-1 à 37’04’’). Sa rage remettait toute l’équipe en marche : Adrien SEBAG récupère un palet puis s’en va battre le gardien sur un sublime revers en pleine lucarne, délogeant ainsi la pipette du gardien (5-2 à 38’24’’).

photo 5

Lors de la pause toute l’équipe se prend à rêver d’un scénario favorable. Notre jeu gagne en précision et en efficacité en profitant des erreurs de marquage adverses devant le but et leur faible engagement dans ce point stratégique. Ainsi, Cyril WOLFF trouva au second poteau Mickaël VIOLETTE à la suite d’un travail derrière la cage pour une seconde lucarne dans la cage laissée vide par le gardien brestois (5-3 à 46’12’’).

Il est l’heure de l’arrivée de la pression pour les locaux qui se sentent plus fébriles sous les hurlements d’Ihab AYED incitant en tant que capitaine ses coéquipiers à plus de révolte. Il montra également la voie lorsqu’il récupère un palet à la bleue offensive avant d’effectuer un tir-passe au poteau opposé pour Adrien SEBAG qui n’a plus qu’à pousser le palet dans la cage pour son second but (5-4 à 52’03’’). Cependant, une minute plus tard, une nouvelle pénalité coupa l’élan de nos Coqs et le powerplay adverse fit encore mouche avec un débordement sur le côté droit de LARVOR similaire à son premier but pour le 6-4 à 53’25’’. Le public se mettant alors à reprendre « La pression, la pression » et pensant que ses deux buts d’écart étaient suffisant pour s’assurer de la qualification de leur protégés.

photo 3

Sauf que lorsqu’on croit que le coq est mort et qu’on lui a coupé la tête il court encore et encore : Kevin ABSCHEIDT reprenant victorieusement un centre de Vincent ELBAZE et montra toute sa hargne pour envoyer le palet au fond des filets : 6-5 à 54’38’’.

Le temps s’écoule et malgré un autre powerplay pour les rouges aucun but n’arrive. A 59’23’’, Antoine PRECHAC décide alors de prendre son temps-mort pour permettre aux joueurs de souffler et mettre en place une stratégie pour permettre à Mathieu de sortir pour le remplacer par un joueur supplémentaire. C’est chose faite sur la sortie de zone suivante avec son remplacement par Guillaume. Sur l’attaque placée, Ihab reçoit le palet à la bleue, se décale vers le centre de la glace puis décoche son tir. Vincent réussit à le dévier : poteau rentrant, 6-6 à 59’51’’.

photo 2

Sur la glace, tous les joueurs laissent exprimer leur joie. Les coqs sont partis chercher la qualification avec leurs tripes à 9 secondes de la fin de la saison régulière dans ce scénario incroyable.

Les bonnes nouvelles n’arrivant jamais seule, la défaite 5-6 de Rennes face à Orléans laissant les deux équipes à égalité de points.

Il convient donc de suivre le règlement sportif qui permet de départager les équipes dans de tels cas qui précise :

1)- Résultat du ou des matches entre les équipes à égalité (nombre de points acquis)

                               => Courbevoie - Rennes : 7-5   /   Rennes - Courbevoie : 8-6 

                                               => les deux équipes ont donc chacune obtenu 2 points.

2)- Priorité à l'équipe n'ayant perdu aucun match par forfait

                               => aucun forfait enregistré

3)- Dans le cas où la méthode précédente ne permettrait pas de départager les équipes à égalité, on soustraira les buts reçus des buts marqués par les équipes à égalité au cours de leurs rencontres mutuelles ; l'équipe ayant la plus grande différence positive sera classée d'abord, puis viendront ensuite, par ordre de différence décroissante, les autres équipes à égalité. (En cas de victoire par une série de tirs au but, le résultat final est réputé égal au résultat obtenu à la fin du temps réglementaire majoré d'un but). 

                               => au vu des scores (7-5 et 6-8), la différence est la même pour les deux équipes.

4)- Si après cela il y avait toujours égalité, il y aurait lieu de prendre en considération : 
                 - d'abord la différence de but générale, 
                 - puis, éventuellement, le quotient général le plus élevé (buts marqués divisés par buts reçus). 

                               => la différence générale s'établit pour les 2 équipes à +13

                               => le quotient général s'établit à 1,19  pour Rennes et à 1,22 pour Courbevoie.

                                               => Courbevoie ayant le meilleur quotient général termine à la 3ème place et Rennes à la 4ème.

Les joueurs rencontreront l’équipe de Tours 2 lors des huitièmes de finale des play-offs D3. Le match aller se déroulant à Thierry Monier le samedi 2 mars (certainement à 18h30), alors que le retour aura lieu à Tours le samedi 9 mars ou le dimanche 10 mars en cas de qualification de l’équipe première de Tours au second tour des play-offs de D2.

Matchs à venir

Aucun évènement trouvé

Partenaires